Atelier de création libertaire Les éditions Atelier de création libertaire
1979-2017 : 38 ans de culture libertaire

Accueil | Le catalogue | Les auteurs | Les thèmes  | Les colloques | La vie de l'ACL | La presse en a parlé | Les projets | I.R.L. | Nos amis | Des libertaires éditent | Les liens | Les téléchargements | Nous contacter

Recherche dans le site

Accès rapide à tous les titres

 



e-lettre #138 - 19 décembre 2015

9 titres publiés en 2015 et nos offres de fin d'année qui tiennent toujours !

2015 a encore été une bonne cuvée pour l'Atelier de création libertaire avec 9 titres parus cette année. Notre catalogue contient maintenant 180 titres, dont une grande partie est toujours disponible et peut être commandée au travers des 2 offres de fin d'année.

Offre 1 - Un gros paquet d’anarchie - Offre spéciale 17 titres pour 90 euros, port compris :

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Un-gros-paquet-d-anarchie.html

Offre 2 - Tout le catalogue (sauf les titres publiés en 2015) à moitié prix :

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Les-communards-a-Lyon.html


Les communards à Lyon - Les insurgés, la répression, la surveillance

par Matthieu Rabbe - 296 pages - prix de vente : 18 euros - 978-2-35104-087-4


La répression de l’insurrection de la Guillotière, le 30 avril 1871, enterre définitivement les espoirs de révolution sociale des communards lyonnais qui, depuis la chute du Second Empire et la proclamation de la République, le 4 septembre 1870, essaient de soulever la ville. Pourtant, l’anarchiste et révolutionnaire russe Michel Bakounine lui-même pensait que l’esprit historique de révolte de Lyon en faisait une des villes les plus propices pour lancer le mouvement qui affranchirait tous les peuples. Et si celui-ci a marqué de sa présence les mouvements communalistes lyonnais, il ne fut pas isolé dans son combat et ne représente pas à lui seul un mouvement riche et complexe.

Bien loin d’être une simple copie de la Commune de Paris, la Commune de Lyon a une histoire et un retentissement propre, sa répression aussi. Les communards étaient bien souvent considérés par ceux qui les combattaient comme un ramassis d’exaltés, de voleurs, d’ivrognes, de criminels «  excitant à la guerre civile  », et, contre eux, on mobilise toutes les instances répressives de l’État. Une vision, une réaction dictées par la peur et le mépris pour des hommes et des femmes dont les parcours forment une nébuleuse de vies multiples.

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Les-communards-a-Lyon.html


L’antimilitarisme en Turquie

par Aurélie Stern - 264 pages - prix de vente : 16 euros - 978-2-35104-088-1


Ce n’était pas seulement dans les casernes que les Turcs se voyaient inculquer le militarisme, c’était aussi sur les bancs des écoles où les professeurs enseignaient quelquefois en uniforme militaire. Il s’agissait, après le démantèlement de l’Empire ottoman, d’asseoir une culture − inspirée par Mustafa Kemal qui affirmait que « chaque Turc naît soldat » − et de construire une patrie nouvelle,républicaine et laïque où, bien entendu, la contestation du militarisme n’allait pas de soi. S’il ne naissait pas soldat, l’écolier le devenait malgré lui.

Collection Désobéissances libertaires

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/L-antimilitarisme-en-Turquie.html


Machinations et artifices - Antoine Cyvoct et l’attentat de Bellecour (Lyon 1882)

par Laurent Gallet - 416 pages - prix de vente : 20 euros - 978-2-35104-083-6


Le lundi 23 octobre 1882, l’existence du jeune militant anarchiste Antoine Cyvoct est bouleversée. Ce jour-là, à vingt-trois heures de distance, deux bombes retentissent dans les nuits lyonnaises et occasionnent le décès d’un employé de commerce. C’est d’abord le café restaurant l’Assommoir, situé sous le théâtre Bellecour, qui est l’objet d’un attentat. Deux hommes et une femme quittent le box numéro 2 peu avant que l’explosion se fasse entendre. La nuit suivante, c’est le bureau de recrutement militaire qui est visé. Ce n’est qu’à la fin de l’année 1883, les 11 et 12 décembre précisément, que s’ouvre le procès d’Antoine Cyvoct pour ces deux attentats. La première grande affaire de « propagande par le fait » en France donne au parti anarchiste son « premier martyr ».

http://atelierdecreationlibertaire.com/Machinations-et-artifices.html


Journal-manifeste d’un tipi dans la ville

par Thomas Hawk - 128 pages - prix de vente : 10 euros - 978-2-35104-084-3


2011, des camps nomades se montent sur les places des centres-villes de l’hexagone. Sur le plateau de la Croix-Rousse, à Lyon, des tipis, des yourtes et des bus s’installent illégalement pour faire exister un espace de liberté et expérimenter collectivement une autre manière de vivre. Quelques tipis sont restés dans la ville, déménageant dans le jardin d’une maison occupée. Ce journal raconte cette histoire. Comme un clin d’œil aux derniers terrains vagues, il se révèle être un manuel de poésie quotidienne qui fait l’éloge des friches. À travers ces pages, Thomas Hawk raconte son aventure et ses quelques mois passés à vivre en tipi dans la ville.

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Journal-manifeste-d-un-tipi-dans.html


Les anarchistes individualistes et l’éducation (1900-1914)

par Perrine Gambart et Hughes Lenoir - 72 pages - prix de vente : 8 euros - 978-2-35104-081-2


Les anarchistes individualistes considèrent, comme la plupart des acteurs du mouvement libertaire d’hier, d’aujourd’hui et probablement de demain, que le travail contre l’ignorance est leur première campagne à mener. Ainsi, il apparaît que, malgré des divergences fortes sur les modalités de réalisations d’une société d’hommes et de femmes fiers et libres, les individualistes anarchistes, les syndicalistes et les communistes libertaires se rejoignent bien sur la question de l’importance stratégique et émancipatrice de l’éducation. En cela, pour le mouvement anarchiste, l’éducation est un point de jonction entre ses différentes sensibilités et une marque de cohérence dans son projet de transformation sociale.

Les textes de Hugues Lenoir et Perrine Gambart proposés dans ce volume nous aident à en saisir les prémisses.

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Les-anarchistes-individualistes-et.html


Du refus de la servitude volontaire

par André Bernard - 168 pages - prix de vente : 12 euros - 978-2-35104-082-9


Le refus de la servitude volontaire ne va pas de soi, conditionnés que nous sommes par les usages de la famille, par le dressage de l’enseignement scolaire, entraînés par le poids de l’entourage et disciplinés par l’obligation du travail.

An-archisme, non-violence, dés-obéissance, in-soumission sont, parmi beaucoup d’autres, des mots du refus qui annoncent « en creux », par l’écrit, par la parole et par la pratique, un autre monde qui verrait s’ouvrir les portes du projet libertaire.

Grève, lutte de classe, boycott, sabotage sont d’autres mots de ce combat.

Alourdis par le souvenir des luttes et des interprétations de l’Histoire, nous concevons avec peine que les temps changent car le capitalisme destructeur a évolué ; fluide, il reste cependant l’exploiteur primordial appuyé du bras armé de l’État dominateur.

Mais l’être humain créatif qui se libère évolue également ; ses moyens de lutte s’adaptent à l’adversaire tout en se désencombrant des erreurs et de vieilleries du passé.

C’est pourquoi, nous sommes à l’écoute d’un monde qui bouge, attentifs à un anarchisme en évolution, à un anarchisme de maintenant.

Dans cette tempête sociale, entre les vagues de la répression, nous remontons au vent.

Chaque jour est un commencement, l’espérance libertaire est vivante.

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Du-refus-de-la-servitude.html


Violence ou non-violence ? La folie très raisonnable d’un ouvrier syndicaliste libertaire

par Fritz Oerter - 32 pages - prix de vente : 4 euros - 978-2-35104-080-5


« La libération et l’affranchissement du prolétariat ne dépendent pas d’un soulèvement violent, mais d’un accroissement et d’une convergence solidaire qui déboucheront sur la capacité de mener des actions économiques de masse. Le prolétariat reste sans défense et sans pouvoir s’il n’est pas pénétré d’un esprit collectif et solidaire ; et si d’aucuns assistent sans réagir, indifférents, à l’assassinat de leurs frères. La violence des oppresseurs ne peut être affrontée que par la solidarité agissante des opprimés. »

« La culture et la solidarité sont deux valeurs inséparables ; la violence n’a d’effet que destructeur et nuit à la culture. Personne ne reconnaîtra de dimensions culturelles aux époques guerrières et dévastatrices. Au contraire, les hauts lieux de culture humaine ont toujours montré, dans la vie quotidienne, des dispositions sociales créatrices de paix. Gare à une culture où la brute soldatesque, symbole de la loi du plus fort et de la violence, l’emporte sur les porteurs d’esprit de solidarité traqués par leurs prédateurs ! »

http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Violence-ou-non-violence.html


Introduction à la philosophie écologique et politique de l’anarchisme

par John Clark - 80 pages - prix de vente : 6 euros - 978-2-35104-079-9


Face à la crise des idéologies de droite et de gauche, les trois essais proposés dans cette brochure («  Qu’est-ce que l’anarchisme  ?  », «  La politique de libération  : de la classe à la culture  », «  L’anarchisme et la crise mondiale actuelle  ») ouvrent une autre perspective  : le communautarisme anarchiste à propos duquel, tôt ou tard, doit s’interroger tout écologiste et tout théoricien de la «  libération  ». Mais aussi question pour toute philosophie alternative à la «  politique de l’autruche  » qui consiste à ne réagir qu’au coup par coup au lieu de décider dès maintenant d’orienter son destin. (Réédition de l’ouvrage de 1993)

http://atelierdecreationlibertaire.com/Introduction-a-la-philosophie,820.html


L’anarchisme au pays des provos - Constantes, organisations et force critique des libertaires hollandais

par Thom Holterman - 136 pages - prix de vente : 12 euros - 978-2-35104-078-2


« L’anarchisme au pays des provos », c’est l’anarchisme hollandais. Quelques militants − dont Ferdinand Domela Nieuwenhuis − ont publié en français mais leurs ouvrages et leurs parcours sont mal connus de notre public. Thom Holterman a entrepris de combler cette lacune.

Cinq portraits sont dressés : Ferdinand Domela Nieuwenhuis, Arthur Lehning, le fameux spécialiste de Bakounine, Barthélemy de Ligt, l’antimilitariste, sans oublier Clara Wichmann et Anton Constandse. Des courants sont décrits où la pratique et l’action ­priment sur la théorie.

Ces portraits et ces pratiques permettent d’ébaucher un cheminement et d’esquisser la teneur de la pensée libertaire de ce pays, ­itinéraire épaulé par les précurseurs Érasme et Spinoza, puis par l’insoumis Max Havelaar avec, plus tard, le mouvement Provo qui, en quelque sorte, sera le premier mouvement écologique de la planète et qui donnera au monde une turbulente et sympathique ­impulsion anarchiste bien avant Mai 68.

Si la pensée libertaire hollandaise exprime sa force critique, elle le fait associée à un potentiel créatif non négligeable, un anarchisme pragmatique, un anarchisme d’ici et de maintenant ; pour tout dire, un anarchisme au pays des provos.

http://atelierdecreationlibertaire.com/L-anarchisme-au-pays-des-provos.html


Atelier de création libertaire
BP 1186 - 69202 Lyon cedex 01
email : contact@atelierdecreationlibertaire.com
site Internet : www.atelierdecreationlibertaire.com
Notre page sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/Atelier-de-creation-libertaire/67080909258
twitter : http://twitter.com/ACLibertaire
twitter blog Croix-Rousse alternative : http://twitter.com/xroussealtern
SeenThis : http://seenthis.net/people/aclibertaire

Instagram : https://instagram.com/aclibertaire/




Librairies et points de diffusion | Liste de diffusion | Remerciements | Pour nous contacter ou commander